> COMMUNIQUÉ DE PRESSE
[english]

COMMUNIQUE DE PRESSE CONCERNANT L’EXPULSION DE 13 ORGANISATIONS HUMANITAIRES
INTERNATIONALES ET LA FERMETURE DE 3 ORGANISATIONS
NON-GOUVERNEMENTALES EN REPUBLIQUE DU SOUDAN

Banjul, le 7 Avril 2009.

La Rapporteure spéciale de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP) sur les Défenseurs des droits de l’homme en Afrique, Me Reine Alapini-Gansou exprime son inquiétude quant à la récente décision du gouvernement soudanais relative à l’expulsion de 13 organisations humanitaires internationales.

Elle exprime de la même manière son inquiétude quant à la décision de fermer trois organisations non-gouvernementales (ONG) nationales de défense des droits de l'Homme (Khartoum Centre for Human Rights and EnvironmentalDevelopment, Amal Centre for the Treatment and Rehabilitation of the Victims of Torture et SudanDevelopment Organisation), ainsi que les allégations de harcèlement continu des défenseurs des droits de l'Homme par les forces de sécurité soudanaises.

La Rapporteure Spéciale sur les Défenseurs des droits de l’homme en Afrique condamne de telles pratiques qui constituent des violations manifestes des droits de l’homme. De telles actions constituent une violation des droits de l’homme et du droit international humanitaire et constitue un anéantissement par le Sudan de ses obligations au titre du droit international.

La Rapporteure Spéciale rappelle les obligations du S oudan au titre de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’Homme, les Déclarations de la Grande Baie et de Kigali, ainsi que d’autres instruments juridiques internationaux ratifiés par la République du Soudan.

La Rapporteure Spéciale invite l’Etat soudanais à:

 

Me. Reine Alapini-Gansou
Commissaire, Rapporteure Spéciale

Sur les Droits des Défenseurs des Droits de l’Homme en Afrique